Oblt. Georg Schneider – 3./JG 21 – L’escadre

JAGDGESCHWADER 21 (15 juillet 1939 – 6 juillet 1940)

 

3.jg21

Suite à un ordre réglementaire du 24 juin 1939, la Jagdgeschwader 21 fut constituée le 15 juillet suivant. Cette création est liée à une réorganisation de la I./JG 1 à laquelle elle était encore subordonnée dans un premier temps. Cette escadre de chasseurs I./JG 21 (il n’y aura finalement tout au long de son existence qu’un seul « Gruppe ») fut tout d’abord basée à Jesau (province de Königsberg – Prusse-Orientale, aujourd’hui la ville russe de Juschny, près de Kaliningrad), d’où la « Croix de Jesau » (Jesau Kreuz) qu’arboraient les avions (et qu’ils conserveront tout au long du conflit même lorsque les unités seront dissoutes et réintégrées dans d’autres escadres comme la JG 54).

 

jesau

En prévision du conflit imminent avec la Pologne, la I./JG 21 fut déplacée le 24 juillet 1939 vers un aérodrome de Prusse-Orientale plus au sud (plus proche de la frontière polonaise), à Gutenfeld (aujourd’hui : Lugowoje, près de Kaliningrad, Russie). Dans cette offensive à venir du 1er septembre 1939, la Luftwaffe utilisera deux unités, la Luftflotte 1 Ost au nord dont dépend la I./JG 21, sous le commandement du général Albert Kesselring, et la Luftflotte 4 Südost sous les ordres du général Alexander Löhr, au sud. Au total, la Luftwaffe engagera un effectif théorique de 342 chasseurs Messerschmitt Bf 109 (320 en état de vol).

Deux escadres étaient encore équipées de Messerschmitt Bf 109 D (Dora), la I./JG 21, commandée par le Hauptmann Martin Mettig, dépendante du Luftgaukommando I Ostpreußen au nord , et la I./ZG 2 commandée par le Hauptmann Johannes Gentzen, intégrée dans le Fliegerführer z.b.V. au sud . A la date du 26 août 1939, la I./JG 21 disposait de 39 Bf 109 D -1 répartis entre trois Staffeln : la 1. sous les ordres de l’Oblt. Günther Scholz, la 2. sous ceux de l’Oblt. Leo Eggers et la 3. sous ceux de l’Oblt. Georg Schneider.

gs

Gutenfeld, août 1939, alignement de la 3. Staffel, au 1er plan le « Dora » du Staffelkapitän (reconnaissable au fanion de mât), l’Oblt. Schneider.

Les ordres opérationnels de l’opération „Wasserkante“ pour la I./JG 21 sont arrivés à Gutenfeld vers 18h00 le 31 août 1939. Les conditions météorologiques du lendemain 1er septembre, jour de l’agression sur la Pologne, ont empêché l’escadre de participer aux premières offensives déclenchées à 4h30 du matin. La I./JG 21 a reçu l’ordre à midi de se déplacer vers un aérodrome de campagne (Feldflugplatz) tout près de la frontière, celui d’Arys-Rostken , quelques 130 kilomètres plus au sud et à 175 km au N-NE de Varsovie. Les Bf 109 D ont décollé de Gutenfeld à 14h20 et se sont posés sur leur nouvelle base une demi-heure plus tard, un avion de transport Ju-52/3m les suivant peu après avec les mécaniciens et les armuriers de l’unité.

b4

La I./JG 21 à Arys-Rostken

L’aérodrome de Rostken près de Arys (aujourd’hui Orzysz Rostki, Pologne) a été construit pendant deux ans à partir de 1936 dans le plus grand secret pour devenir une des principales bases de la Luftwaffe en Prusse-Orientale.

Dans une région pauvre et ingrate pour l’agriculture, l’achat d’un terrain marécageux sur les bords du lac Rosch See a été une aubaine pour les habitants à qui on a fait croire que le futur Feldflugplatz était destiné à l’aéro-club de Johannisburg ! En outre de nombreux habitants ont trouvé un emploi dans la construction de l’aérodrome.  Les travaux ont duré jusqu’en 1938 . Le site a tout d’abord été drainé puis transformé en terrain d’aviation, en prévision pour la Luftwaffe de la guerre à l’Est (Arys-Rostken sera une des principales bases de l’aviation allemande lors de l’attaque de la Pologne en 1939 ou celle de l’URSS en 1941). Le secret sur la finalité militaire des aménagements, tant auprès de la population allemande locale que face à d’éventuelles observations aériennes, a été bien tenu : la I./JG 21 n’y a été déplacée que le jour même de l’attaque contre la Pologne, le terrain est resté longtemps en herbe et les divers bâtiments (garnison, pilotes et mécaniciens, hangars, administration, intendance) avaient l’apparence de simples maisons de village, éparpillés et largement dissimulés par la forêt environnante. La tour de contrôle elle-même a été construite entre de grands pins sur la colline du cimetière local.

Messerschmitt Bf 109 D-1_3.-JG 21_1939.00.00_

Le „Gelbe 1“ de l’Oblt. Georg Schneider à Arys-Rostken.

Par la suite (1943), trois pistes en béton (2000 mètres de longueur sur 20 mètres de large) ont été construites : elles se fondaient avec le réseau routier local et des filets de camouflage couvraient les bords des pistes, de telle sorte que, vues du ciel, elles apparaissaient toujours comme de simples routes (entraînant quelques difficultés pour les pilotes novices à retrouver le terrain après leur première sortie au-dessus de Varsovie dans l’après-midi du 1er septembre 1939 !). Un taxiway circulaire forestier, caché lui aussi par des filets, permettait de relier efficacement les pistes. En cas de nécessité, les routes étaient fermées au trafic automobile. L’aérodrome a encore intensément servi à la défense de la Prusse-Orientale de mai 1944 jusqu’à janvier 1945. A leur départ, les troupes allemandes ont détruit la plupart des infrastructures de l’aérodrome de Rostken. Seules sont encore visibles aujourd’hui quelques fondations en béton et l’anneau circulaire en béton du taxiway :

taxitrack

b37

Après la guerre, l’aérodrome est resté zone militaire (zone d’exercice de l’armée polonaise, notamment pour les hélicoptères) …

b38n53 43 00 e21 55 000

LotniskoPoloweRostki

Certaines sources polonaises affirment que les pistes en béton sont toujours là, simplement envahies par l’herbe. Abandonné depuis la dissolution du Pacte de Varsovie, le terrain reste propriété de l’armée polonaise et bien qu’il ne soit plus un aérodrome officiel, il sert encore de temps à temps aux aéro-clubs et au vol libre.

_00002

Arys-Rostken, 17 septembre 1939, de gauche à droite : Hptm. Martin Mettig (Commandant de la  JG 21), Lt. Ekkehard Schelcher (1. Staffel), Lt. Hans-Ekkehard Bob (3. Staffel), Lt. Anton Schön (2.Staffel ), Lt. Adolf von Boeselager (1. Staffel), Lt. Gustav Rödel (2. Staffel), Oblt. Leo Eggers (Commandant 2. Staffel ), Oblt. Georg Schneider (tenue claire – Commandant 3. Staffel), Oblt. Günther Scholz (Commandant 1. Staffel) , Lt. Ernst Ewers (1. Staffel).

dgs10

Un alignement de la 3./JG 21 en septembre 1939, probablement à Arys-Rostken, identifiable à ses 3 cercles jaunes sur la casserole et son emblème, le « Faucon plongeant » sur le flanc bâbord.

004

A l’issue de la campagne de Pologne, la JG 21 fut déplacée en octobre 1939 à Plantlünne/Wesel (Basse-Saxe). L’escadre est alors placée sous les ordres de l’état-major de la JG 27. La JG 21 est chargée de la défense aérienne du nord-ouest du Reich allemand. Le même mois commence le remplacement des « Dora » par des Bf 109 E-1 et E-3, achevé en novembre 1939. Toujours en novembre, la JG 21 est déplacée à Hopsten (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) puis le mois suivant, à Krefeld puis Münster-Handorf (Westphalie).  Théoriquement équipée de 39 appareils, la JG 21 dispose au 2 décembre 1939 de 33 Bf 109 E et encore 1 Bf 109 D (31 appareils prêts au combat).

bob02

Au début de l’année 1940, la JG 21 se trouve toujours à Münster-Handorf. En liaison avec la JG 27, l’escadre prend part à la campagne occidentale à partir du 10 mai 1940. Les 1ers jours de combat amenèrent la JG 21 à se battre essentiellement dans les secteurs de Ében-Émael (province de Liège – Belgique) et de Maastricht (Pays-Bas). Le 12 mai, l’escadre fut déplacée à l’aérodrome de campagne de Vogelsang (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) d’où elle fut engagée au-dessus de Sedan et Charleville. Le 16 mai, la JG 21 s’installe sur l’aérodrome de campagne de Neufchâteau (Vosges) puis progressivement sur d’autres aérodromes vers l’ouest en appui des troupes blindées au sol.

Entre le 22 et le 26 mai 1940, l’escadre fut engagée dans de rudes combats aériens dans le secteur de Cambrai. Basés semble-t-il à Vitry-en-Artois, les pilotes sont en appui du 1er au 4 juin des troupes de la Wehrmacht sur la Basse-Somme. Transférée à Saint-Denis le 4 juin 1940, la JG 21 se détache alors de la JG 27 sans que l’on ne sache très bien sous quel commandement elle passe alors. Jusqu’à la mi-juin, la JG 21 est positionnée à plusieurs endroits au sud de Paris (dont Orly) et le 22 juin, l’escadre est retirée de France pour revenir à Mönchengladbach (Rhénanie-du-Nord-Westphalie). Dès le lendemain, elle se redéploie aux Pays-Bas à Soesterberg où elle s’acquitte de missions de défense aérienne au-dessus des côtes néerlandaises.

Durant la campagne occidentale, la JG 21 a été créditée de 45 victoires aériennes tandis qu’elle-même comptait 3 pilotes tués, 1 prisonnier, 1 pilote blessé et 10 Bf 109 détruits. A Soesterberg, la JG 21 passa sous le commandement de la JG 54. A partir de son redéploiement à Bergen-op-Zoom le 5 juillet 1940, elle fut dès le lendemain définitivement intégrée au sein de la JG 54 « Grünherz » dont elle forme dès lors le III. Gruppe (III./JG 54) conservant sa Jesau Kreuz, la 3./JG 21 devenant la 9./III./JG 54 et adoptant dès lors le « Diable grimaçant » de Hans-Ekkehard Bob en lieu et place du « Faucon plongeant« .

jg54

 

2_167

 

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Djmisspimkiemagicwinx |
LES CREATIONS DE GHIGHI |
Nutell.a.dict |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LE VOLTIGEUR DE BRETEUIL
| Levidedressingdelucie
| cours d anglais intensif -v...